Misses Jones, Extrait.

Avec mon complice et ami Loïc Xavier, sur une période de 4 ans, de Centres de Détention en Maisons d’Arrêt, nous proposons un portrait de femmes Détenues, rendu possible avec leurs accords.

Ces vrais faux portraits de femmes en prison proposent une réflexion sur le paraître et sa relation à l’identité. Ces interprétations, ces fausses représentations du réel, dans l’univers carcéral, créent des images avatars et d’émancipation. A travers leurs récits, dans un costume qui leur devient personnel, chaque femme détenues rencontrées, a imaginé de fixer ces personnages loin des stéréotypes et des clichés attendus, elles quittent leurs habits de non personne, de non vie sociale, et révèlent un autre possible. Nous recherchons et mêlons le possible déséquilibre du dehors, aux représentations extravagantes et aux simulacres conscients du dedans.